Plus de 50 ans de souvenirs.. de sourires!

L’origine des Patros

Jean-Léon Le Prévost
(1803-1874
p>

C’est à Paris, dans la France du 19e siècle, que l’aventure des Patros débute. En 1833, Frédéric Ozanam fonde l’oeuvre des Conférences de Saint-Vincent-de-Paul, afin de venir en aide aux plus démunis de son milieu. En 1845, Jean-Léon Le Prevost, avec ses compagnons Clément Myionnet et Maurice Maignen, fonde l’Institut des Frères de Saint-Vincent-de-Paul. Le patronage de la rue du Regard est amorcé et l’histoire des Patros commence.

Les Patros au Canada

Les Religieux de Saint-Vincent-de-Paul arrivent au Canada, dans la ville de Québec, en 1884. L’année suivante, déjà, un premier Patro est créé : le Patro Saint-Vincentde-Paul de Québec. Au fil des ans, plusieurs autres Patros sont fondés par la communauté religieuse. Aujourd’hui, on compte sept Patros canadiens, dont six dans la province de Québec et un seul en Ontario : le Patro d’Ottawa.

Démarches pour un Patro à Ottawa (1912-1956)

Premières tentatives

Le Patro d’Ottawa est l’un des derniers Patros canadiens à voir le jour en 1957. Pourtant, il y avait déjà longtemps qu’un Patro était attendu dans la région de la capitale nationale. Les premières démarches pour l’obtention d’un patronage à Ottawa remontent au 13 août 1912, par l’entremise d’une demande écrite à la communauté des Religieux de Saint-Vincent-de-Paul. Faute de personnel, la tentative échoue. Près de vingt ans plus tard, un nouvel effort est tenté. En juillet 1930, les Religieux de Saint-Vincentde-Paul offrent de venir s’établir à Ottawa pour instaurer une oeuvre. Malgré l’intérêt de l’archevêque d’Ottawa, Mgr Guillaume Forbes, le projet échoue à nouveau.

Terrains de jeux

C’est finalement à l’été 1939 que sont effectués les premiers pas pour l’obtention d’un Patro à Ottawa. Une équipe de trois Religieux de Saint-Vincent-de-Paul arrive alors de Québec pour organiser un terrain de jeux à l’école Guigues. L’initiative se révèle un franc succès. Néanmoins, on doit attendre plus de 15 ans pour répéter l’expérience. En 1955, la Corporation épiscopale catholique d’Ottawa achète un terrain et avec le soutien financier du Club Richelieu Hull-Ottawa, un abri temporaire et des installations sanitaires y sont aménagés. Comme ce fut le cas en 1939, trois religieux arrivent de Québec pour organiser les activités des jeunes et, cette fois, l’expérience se répète l’été suivant.

Le Patro de la rue Saint-André(1957-1975)

L’inauguration du Patro Saint-Vincent d’Ottawa est célébrée par Mgr M.-J. Lemieux, le 24 août 1957.

Après de longues années d’attente, un Patro est finalement construit au 410, rue Saint-André, à Ottawa. Les Pères David Lachance et Raymond Bédard, ainsi que le Frère Lucien Plourde sont les premiers d’une cinquantaine de Religieux de Saint-Vincent-de-Paul qui ont travaillé au Patro d’Ottawa depuis la fondation de l’oeuvre permanente.

Des bénévoles prêtent main forte

bénévoles y jouent un rôle de soutien inestimable. Au mois de septembre 1957, on assiste à la formation d’un comité protecteur, présidé par M. Horace Racine, bénévole dévoué au Patro pendant de nombreuses années. À cette même époque, la fondation des Amis de Monsieur Vincent permet le regroupement de douze bénévoles qui viennent, à tour de rôle, aider au déroulement des activités du Patro.

Un Patro pour les filles

Les services du Patro Saint-Vincent d’Ottawa sont d’abord orientés vers la jeunesse masculine de la Basse-Ville. En 1958, un programme similaire est mis sur pieds pour les jeunes filles. Le Patro féminin, qu’on nommera plus tard Patro Notre-Dame du Sourire, est alors dirigé par Mme Cécile Giguère et Mlle Yvette Légaré, épaulées par Mlles Carmen Riendeau et Liliane Gagnon. Leurs locaux, achevés à la fin de l’été 1958, sont bénis par Mgr Lemieux le 6 novembre 1960.

Une question de financement

Le 13 septembre 1957, une première demande d’aide financière est présentée par Me Saint-Jacques à la Fédération des OEuvres, alors nommée Plume Rouge. Deux ans plus tard, en 1959, la Fédération des OEuvres, devenue depuis Centraide/United Way Ottawa, reconnaît le Patro comme bénéficiaire de leur assistance finacière sur une base permanente. Cette contribution au cours des 50 années d’existence du Patro s’avère indispensable. Afin de boucler le budget, le Patro organise, dès 1958, des activités de levée de fonds, dont plusieurs deviennent vite des traditions annuelles : kermesses, cyclothons, thés offrandes et soupers aux huîtres.

Des activités diversifiées

Dès les premiers mois du Patro Saint-Vincent, les activités s’organisent. Ces dernières sont d’ordre éducatif, récréatif et pastoral. Les sports sont populaires, mais on pratique également des activités plus divertissantes, comme le billard, les échecs et le bricolage. Les bénévoles aident à l’animation et à la supervision des groupes et le personnel religieux assure l’éducation religieuse des jeunes. Le Patro Saint-Vincent devient pour les jeunes un «milieu de vie» et de rencontre, un lieu où ils peuvent s’épanouir dans une atmosphère francophone et catholique. Déjà, en 1959, Mgr Lemieux note une influence positive du Patro sur les jeunes de la communauté. C’est aussi l’année qui verra la création des Patro-Mimes, groupe de jeunes garçons reproduisant les succès musicaux du temps, ce qui permettra de faire connaître le Patro à l’extérieur de ses murs. Le groupe paraîtra notamment à Radio-Canada.

L’été au Patro Saint-Vincent

L’été, la colonie de vacances du Lac St-Antoine accueille des jeunes en pleine nature. En ville, le Patro-Vacances organise des activités où les participants sont regroupés selon leur âge : les Preux (12 ans), les Ardents (11 ans), les Tenaces (10 ans), les Résolus (9 ans) et les Oisillons (6-8 ans). Le reste de l’année, les jeunes sont divisés en quatre sections : Saints-Anges, Saint-Tharsice, Saint-Dominique Savio et le Cercle Notre-Dame.

Le Patro de la rue Cobourg (1975-présent)

Réaménagement urbain

En 1969, la municipalité annonce son plan de rénovation urbaine pour la Basse-Ville d’Ottawa. L’avenir du Patro est menacé, ses terrains se voyant diminués de plus de 80 % selon ce nouveau plan. Plusieurs années de négociations, parfois difficiles, débutent alors entre la Ville d’Ottawa et le Patro afin d’obtenir assez d’espace pour poursuivre les programmes offerts par ce dernier. C’est finalement le 6 décembre 1973 qu’une entente est signée entre la municipalité et l’archidiocèse pour la construction du Centre communautaire de la Basse-Ville, qui abritera aussi les locaux du nouveau Patro d’Ottawa. La construction débute en mai 1974 et le Patro y emménage au cours de l’été suivant. Le Centre communautaire est inauguré le 16 octobre 1975.

Même esprit, nouveau rayonnement

Malgré ce déménagement, «l’esprit» du Patro d’Ottawa demeure inchangé. Afin d’élargir son action communautaire et de continuer à atteindre les familles francophones de la Basse-Ville qui se sont dispersées lors du réaménagement urbain, les services offerts par le Patro d’Ottawa s’élargissent au-delà des sports et des loisirs et s’ouvrent à toute la famille. En 1976, la municipalité confie la gestion du Centre communautaire et la programmation de ses activités au Patro d’Ottawa, tout en continuant de contribuer à un budget qui en assure le fonctionnement et l’entretien.

Une administration laïque

Dès 1976, le Patro d’Ottawa et les Religieux de Saint-Vincent-de-Paul signent une entente assurant la présence à long terme d’au moins trois religieux au Patro. Ce dernier est alors remis entre les mains d’un conseil d’administration laïque, à condition que le Patro onserve l’orientation et les buts désirés initialement par les Religieux de Saint-Vincent-de-Paul.

Les activités se poursuivent

Toujours aussi dynamique, le Patro poursuit ses activités sur la rue Cobourg. Regroupant les garçons et les filles, les sports sont encore à l’honneur, de même que les jeux récréatifs et une foule d’activités spéciales. En 1976, le groupe des Anciens est formé. Trois ans plus tard, en 1979, le Patro acquiert une propriété qu’on nomme le Chalet des Amis. Nombre de jeunes y feront de belles sorties au fil des ans.

Une nouvelle aile pour le Patro

Patro d’Ottawa, une nouvelle aile est ajoutée au complexe communautaire. Les travaux de onstruction débutent au mois de mars et les nouveaux locaux sont inaugurés un an plus tard, le 20 mars 1983.

Le Patro-Vacances

Programme essentiel au Patro d’Ottawa, le Patro-Vacances remonte aux premières années d’existence de l’oeuvre et continue aujourd’hui d’être très populaire auprès des jeunes francophones de la ville d’Ottawa. Offert durant les congés scolaires, ce camp d’été propose de nombreuses activités pour divertir les jeunes et les adolescents.

Le Patro d’Ottawa, un avenir prometteur pour nous tous!

Toujours le seul Patro en Ontario, le Patro d’Ottawa demeure aujourd’hui aussi inestimable pour la communauté francophone d’Ottawa qu’à ses débuts en 1957. Malgré de nombreux obstacles et changements au cours du temps, la mission du Patro d’Ottawa demeure la même : oeuvrer pour l’épanouissement des francophones et de leurs communautés.

Le Patro d’Ottawa c’est…

Le Patro d’Ottawa est, avant tout, un «milieu de vie» où tous sont accueillis et respectés. C’est un endroit où les francophones de tous âges et de toutes origines peuvent se rencontrer et participer à diverses activités.

Des partenaires importants

Aujourd'hui, le Patro d’Ottawa s’épanouit non seulement grâce au dévouement exemplaire de son personnel et de son conseil d’administration, mais aussi grâce à la générosité de nombreux partenaires oeuvrant dans le même sens. Ce sont près de 200 bénévoles offrant leur temps et leurs talents aux divers programmes du Patro. Ce sont aussi des bailleurs de fonds (Centraide/United Way Ottawa et la Ville d’Ottawa), des donateurs individuels, des communautés religieuses et divers organismes qui assurent toujours un soutien financier important.